Interview Pop'line 3/3

 

 

 

 

 


M.A.D. : D’où vous vient ce goût pour la création ? Avez-vous un souvenir d’enfance marquant particulier en rapport à la couture, à la création à nous raconter ?

 

C.F. : Avec ma mère, on faisait des brocantes, j’ai toujours aimé ça. J’adorais chiner de vielles dentelles, des sacs et des machines à coudre

(qui coûtaient plus cher à réparer). Chez ma mamie, je fouinais dans ses boites en métal pour trouver des jolis boutons en nacres.

Elle m’apprenait le crochet, je faisais des maillots de bains. Ma première machine à coudre… j’avais 6 ou 8ans, elle était rose, c’était un jouet mais qui fonctionnait vraiment, je me souviens coudre des petits bouts de mouchoirs.

 

Ensuite ma mamie m’a appris à coudre sur « sa bécane » une machine noire en fonte allemande qu’elle avait rachetée à la fermeture de Devred ou elle travaillait à 18-19ans. Un truc qui fait un bruit impressionnant avec une courroie en cuir.

Elle me racontait qu’elle avait planté l’aiguille dans son doigt (on dit souvent que « c’est le métier qui rentre » et que ça arrive à toutes les couturières, ce qui est vrai pour moi aussi) du coup j’étais terrorisée de coudre sur cette machine !

 

Je suis entrée ensuite en BEP couture et pour mes 15 ans, pour mon diplôme et anniversaire, ma maman m’a offert une Singer,

ma première machine avec laquelle j’ai cousu mes premières pièces Pop’line.

J’utilise aujourd’hui d’autres machines plus perfectionnées mais elle est près de moi, rangée… je ne la vendrais jamais.

 

Et puis il y a mon projet en BTS sur le nœud, que j’ai associé à la lingerie. J’avais fait un corset miniature, un bijoux de cheville en dentelle (j’avais fait une vidéo au ralenti, en noir et blanc, de nœuds que je dénouais presque sensuellement, sur une musique d’Etta James – At Last). C’était la première fois que la lingerie est apparue pour moi comme une évidence.

 

Pour mon projet professionnel en BTS devant le jury l’année suivante, j’ai présenté une collection de homewear cocooning , des vêtements mélant des matières douces et confortables à porter à la maison ou en dehors… ça ne vous rappelle rien?

 

Pop’line est l’aboutissement d’une idée que je développe depuis l’école…

Écrire commentaire

Commentaires : 0